GRAINNE MORTON

GRAINNE MORTON

 Si Grainne Morton devait avoir un animal spirituel, ce serait sans aucun doute la pie. Instinctivement et obsessionnellement attirée par la collecte et la conservation de tout objet miniature ou précieux qui attire son attention, bien des choses que vous ou moi négligerions, Grainne a amassé une incroyable collection d’objets – tous destinés à trouver leur place parmi les contes qu’elle tisse dans ses compositions de bijoux.

Né et élevé en Irlande du Nord, par des parents créatifs et amoureux des antiquités, Grainne était immergé et entouré par les métiers traditionnels, le folklore, la musique et les contes de fées du pays. C’est peut-être ce début de son histoire qui a imprégné son travail de sa nature quelque peu contradictoire? Tout à la fois vintage et contemporain, précieux et non précieux, spontané et ordonné, jonque et trésor … cela pourrait bien être une description de la patrie de Grainne elle-même.

Son individualité, et l’expression de cela – principalement à travers les vêtements, le style et la présentation réfléchie de [son] soi – est ancrée dans chaque bijou qu’elle fabrique. Chaque pièce, soigneusement chorégraphiée, l’arrangement et le réarrangement de petits objets et de choses précieuses, déplacé et replacé jusqu’à ce qu’ils établissent une relation les uns avec les autres. Et qu’ils racontent une histoire au spectateur.

Elle déménage à Édimbourg, en Écosse, à la fin des années quatre-vingt pour étudier au Edinburgh College of Art était le point de départ pour Grainne pour devenir un collectionneur passionné d’antiquités et d’éphémères. Lorsque ses parents lui rendaient visite à Édimbourg, ils partaient en voyage pour acheter des antiquités pour leur magasin en Irlande du Nord, et Grainne suivait. Ses collections sont devenues son inspiration et son inspiration est devenue son travail.

Cette utilisation de matériaux inattendus et délicieusement juxtaposés est l’endroit où tout a commencé, et plus de 20 ans plus tard, est désormais fermement sa marque de fabrique.

Le travail de Grainne a été exposé à l’échelle internationale et, en 2007, elle a été présélectionnée pour le prix Jerwood des arts appliqués.

Grainne vit et travaille à Édimbourg, en Écosse, avec son mari, deux enfants et des milliers de tout petits objets.