AMBROISE DEGENÈVE

“Oxydoréduction”

Vernissage samedi 2  et dimanche 3 novembre 2019 en présence de l’artiste.

Exposition du 2 au 23 novembre 2019.

Cette exposition s’inscrit dans le cadre de ART CAROUGE, week end de vernissages simultanés:

https://artcarouge.ch

La Galerie Annick Zufferey ouvre ses portes à Ambroise
Degenève pour sa troisième exposition dans le canton.
A cette occasion, il présentera une série de pièces créées
à partir d’un procédé lui permettant de faire “pousser” le
métal, créant cette esthétique particulière.
« Ambroise Degenève propose une vision très
novatrice de la bijouterie, expérimentant sans cesse
avec les matériaux, tout en se basant sur les techniques
anciennes de son art. Le jeune bijoutier semble vouloir
faire un pied de nez aux codes de la bijouterie actuelle,
et propose des pièces aux formes et coupes brutes,
mettant en valeur des métaux peu précieux, et s’amusant
d’autres fois à dissimuler diamants et pierres.
Cependant, ce jeu avec les matériaux n’impacte
en rien la qualité ni la beauté de ses pièces. Une
délicatesse certaine s’échappe de ces anneaux bruts
dissimulant des pierres précieuses synthétiques, ou
encore lorsqu’il décide de rassembler en une pièce la
délicatesse de la perle de culture à un argent rendu
rugueux et dépourvu de brillance par sa patine.
Pour le bijoutier, l’échelle de valeur des matériaux
employés par son art ne semble plus exister. Il nous
propose une vision nouvelle de la bijouterie où les codes
changent, où l’irrégularité de la forme devient une force
et un or terne n’en devient que plus éclatant.
En bousculant ainsi les codes, il crée dans son
travail un anachronisme certain dont il s’amuse et dans
lequel il se complaît. Il déclare à la galerie parisienne
IBU qui l’expose désormais de manière permanente

AMBROISE DEGENÈVE 

OXYDORÉDUCTION

« À travers mon travail, je cherche à créer des pièces
hybrides. Puisant constamment dans les codes et
techniques des différentes époques de l’histoire du bijou,
l’anachronisme devient donc une méthode de travail. ».
Tout semble alors se mêler pour aboutir à des pièces
puisant dans le passé tout en se servant des méthodes
actuelles et en suivant les tendances du moment.
Aujourd’hui, l’étudiant désormais diplômé de la
HEAD et à la tête de sa marque, expose ses pièces dans
plusieurs galeries genevoises et parisiennes. Ses pièces
uniques usant de nouveaux codes tout en s’inscrivant
dans la tradition bijoutière nous prouvent que cet art
a encore, grâce à des créateurs tels qu’Ambroise, les
moyens de nous surprendre. »
Aurore De Granier

Né en France en 1987, Ambroise Degenève vit et
travaille à Anvers (Belgique). Après un Bachelor en
Design Bijou à la HEAD de Genève obtenu en 2010,
il travaille en tant qu’assistant dans les ateliers Jean
Grisoni à Paris, avant de se lancer en tant que bijoutier
indépendant en 2011. Depuis 2008, il a participé à de
nombreuses expositions collectives et individuelles, en
France, en Suisse ainsi qu’aux États-Unis et au Canada.